Démarche artistique

C’est à travers mes formations en photographie, pratiques et académiques que je découvre dans la “chambre claire” de Roland Barthes, qu’au-delà de la technique, la photographie est trace et mémoire, qu’elle permet de se raconter et de livrer une expérience

Dans ma pratique, la photographie est ainsi un des mes premiers supports,  permettant de réaliser des interventions performatives dans des espaces publics. Où, portée par le mouvement Fluxus, je  vise à perturber subtilement l’environnement : troubler un alignement de fleurs, en déplanter une et la replanter légèrement plus loin. Déposer des fausses cartes postales dans les carrousels des marchands.  Changer les titres des encarts des journaux locaux chez les buralistes. A travers l’absurde, un presque rien et un peu de poésie, je vise dans ma pratique à modifier l’état d’esprit du spectateur.

Mon travail est résolument tourné vers la volonté de créer une interaction avec le spectateur, de lui offrir la possibilité d’interagir, de se positionner, d’actionner un mouvement pour qu’il devienne à son tour auteur. Comme avec le projet “assiettes d’injonctions”, “n’ayez pas peur” ou “encore boule à neige”.  

Dans mon travail le texte est constamment présent, celui-ci me sert de moteur pour sortir le spectateur de son état contemplatif. J’utilise les textes collectifs véhiculés par les médias, la publicité pour mettre en lumière la puissance des injonctions partagées au quotidien et susciter ainsi des réactions.

La photographie et le texte sont donc les matériaux premiers mais j’explore également de nouveaux supports pour mettre en volume mon imaginaire alimenté par mes origines lusophones, dans mon travail d’installation des “figuras de convite” – “figures d’invitations”. Ces figures de petites ou de grandes tailles, sont des personnages photographiés dans la rue, que je libère ensuite sur les murs de la cité sous la forme de silhouettes de ciment et de carreaux de ciment, sur lesquelles sont déposés des pigments photographiques,  de l’encre  et de la résine. Tout comme mes autres travaux, les “figuras de convite sont systématiquement associées à une invitation textuelle, rédigée à l’impératif proposant de prendre possession de son propre territoire extérieur et intérieur.

Toujours en quête de mouvement, je m’emploie ainsi depuis plusieurs années à déplier  un état d’esprit, des espaces de rencontres, de jeux et de liberté artiste.